%banner_alternate_text%

 

16 - L'audition et les dommages à l'audition

1 - Anatomie de l'oreille

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE DE L'OREILLE
 
Elle nous permet de reconnaître et d’apprécier notre environnement, et de nous prévenir en cas de danger.
 
C’est en entendant ses parents répéter des mots que l’enfant apprend à parler.
Un émetteur produit des sons sous forme d’ondes sonores à la manière des ondes ondulant à la surface de l’eau. Cette propagation dans l’air est une succession de compressions et de décompressions se propageant jusqu'au récepteur.
 
Grâce au pavillon, l’oreille collecte ces vibrations et transforme l’énergie sonore en message nerveux.
 
C’est grâce à nos oreilles que le cerveau enregistre des souvenirs sonores.  Par exemple: « on entend » la mer dans un coquillage , alors que les flots ne sont pas dedans ! Et cela nous rappelle les vacances !
 
Le son représente la partie audible du spectre des variations acoustiques, de la même manière que les couleurs visibles du spectre de la lumière ne représentent qu’une petite partie de tout le spectre.

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE DE L'OREILLE      
 
Elle nous permet de reconnaître et d’apprécier notre environnement, et de nous prévenir en cas de danger.
 
C’est en entendant ses parents répéter des mots que l’enfant apprend à parler.  
 
Un émetteur produit des sons sous forme d’ondes sonores à la manière des ondes ondulant à la surface de l’eau.
 
Cette propagation dans l’air est une succession de compressions et de décompressions se propageant jusqu'au récepteur.
anatomie de l'oreille : oreille externe et oreille interne
L’audition d’un son prend en compte deux paramètres:
  • la fréquence exprimée en Hz,
  • la puissance ( ou intensité ) en décibels ( dB ).
 
A mesure que la fréquence augmente, le son devient aigu. On parle d’ultrasons au-delà de 20 000 Hertz.
Au -dessous de 20 Hertz ( sons graves ), on parle d’infrasons.
 
L’oreille humaine moyenne ne peut percevoir les sons que si leur fréquence se situe entre 20 et 20 000 Hz, contrairement à d’autres espèces ( chiens, chauve-souris, dauphins, baleine, etc. Ils entendent des sons très aigus ), leurs performances sont élargies.  Les éléphant entendent des sons très graves.  La sauterelle et le grillon entendent par leurs pattes.  La grenouille reconnaît précisément le cri des autres grenouilles.
 
Le seuil de perception de l’oreille humaine dépend de la puissance du son et les fréquences les mieux perçues chez une personne saine sont situées entre 1000 et 4000 Hz (fréquences correspondant à la parole).
 
Au-delà, le seuil de perception est moins élevé et la puissance du son doit être augmentée : par exemple la puissance maximale d’un son de 20 Hz sera de 70 dB , alors qu’un son de 4 000 Hz sera audible à faible puissance (quelques décibels).
 
 
Nous entendons certains bruits sans y faire attention :
  • le tic-tac du réveil,
  • le vent,
  • la pluie,
  • l’eau du robinet qui coule,
  • passer l’aspirateur,
  • le moteur du frigidaire,
  • un avion (haut dans le ciel),
  • le passage d’une voiture,
  • la sonnette de la maison,
  • etc.
 
Nous en écoutons d’autres avec attention :
  • la musique,
  • un interlocuteur,
  • le chant d’un oiseau,
  • une chanson,
  • les premiers mots d’un bébé,
  • le crépitement du feu,
  • etc.
 
Nous considérons comme des bruits très légers :
  • le vol d’un papillon,
  • le vol d’un oiseau,
  • Le bruissement d’une feuille qui tombe,
  • le ronronnement d’un chat,
  • etc.
 
Nous considérons comme des bruits plus forts :
  • le grondement du tonnerre,
  • le barrissement d’un éléphant, 
  • le klaxon d’un camion,
  • etc.
 
Il existe donc des sons aigus et des sons graves.
 
 
LES TROIS PARTIES DE L'OREILLE
 
L’oreille est un organe sensoriel complexe composé de trois parties:
  • l’oreille externe,
  • l’oreille moyenne,
  • l’oreille interne.
image
L’OREILLE EXTERNE
 
Elle comprend le pavillon et le conduit auditif externe. Le pavillon est cartilagineux et d’environ 70 millimètres sur 30 à l’âge adulte et comporte au moins deux replis.
 
Sa forme rappelle les cornets acoustiques et permet ainsi de concentrer l’énergie sonore vers un point précis.
 
L’oreille externe se prolonge par le conduit auditif, cylindrique tortueux de 25 à 30 millimètres de structure d’abord cartilagineuse puis osseuse : os temporal .
 
Il est tapissé de peau et recouvert de liquide visqueux protecteur, sécrété par les glandes. Ce liquide, le cérumen, lubrifie le tympan, membrane souple et fine limitant l’accès vers l’oreille interne.
 
Dans certaines malformations (anomalies congénitales) de l’oreille externe, le pavillon et même le conduit auditif externe peuvent être insuffisamment développés, voire absents, ou encore asymétriques.
 
Mais l’une des malformations les plus fréquentes aux conséquences d’ordre essentiellement esthétique, est représentée par « les oreilles décollées », que l’on peut opérer assez facilement. 
 
Les traumatismes peuvent provoquer un hématome du pavillon qu’il faut inciser ou évacuer.
 
L’inflammation de l’oreille externe, ou otite externe, se signale par des douleurs, des démangeaisons un écoulement de sécrétions.
 
Elle est la conséquence d’une infection de la peau ou d’une maladie dermatologique ( l’eczéma par exemple ) localisé au conduit auditif.
 
La présence de corps étrangers tels que des insectes ou des morceaux de coton, ( pépins de fruits, perles, etc. que les enfants se mettent eux-mêmes ) dans le conduit auditif externe peuvent provoquer des douleurs ( otalgies ) ou des saignements de l’oreille.
 
Le cérumen peut aussi s’accumuler en bouchon.
 
Ces cas nécessitent une extraction, pratiquée exclusivement par un médecin ou un ORL, à l’aide d’un lavage d’oreille ou à l’aide d’instrument.
 
Ne tentez jamais de le faire vous-même.  Les dégâts seraient irréparables.
 
 
L’OREILLE MOYENNE
 
Elle a un double rôle:
  • protéger l’oreille interne,
  • transformer les vibrations aériennes arrivant de l’oreille externe en vibrations analysables (solidiennes) par l’oreille interne.
 
Elle est composée d’une chambre contenant de l’air, appelée « caisse du tympan » qui contient un système de transmission solidienne, la chaîne tympano-ossiculaire, composée de trois osselets :
  • le marteau,
  • l’enclume,
  • l’étrier.

cochlee et nerf auditif (causes des acouphenes)

La caisse du tympan est fermée sur l’oreille externe par la membrane du tympan, et sur l’oreille interne par l’intermédiaire des fenêtres rondes et ovales. Elle communique avec le pharynx et la trompe d’Eustache.
 
Les osselets ont un rôle prépondérant dans la transformation et l’amplification des vibrations aériennes et liquidiennes de l’oreille moyenne et interne. Ils protègent l’oreille interne contre les fortes pressions sonores et régulent les pressions aériennes et liquidiennes de l’oreille moyenne et interne.

image

Lors des expositions sonores très fortes : les osselets évitent de détruire la chaîne de transmission grâce au muscle tenseur du tympan, situé sur le marteau, qui diminue les possibilités de vibration du tympan.
 
Le muscle de l’étrier intervient dans les mêmes conditions et empêche par réflexe la transmission de l’onde vers l’oreille interne.
 
Ces deux muscles protecteurs ne peuvent être sollicités que pour des intensités sonores inférieurs à 80 dB , ce qui limite la protection auditive lorsque la puissance sonore dépasse cette limite.
 
Des expositions répétées à de fortes pressions sonores détruisent l’oreille interne, la fatigue musculaire limitant la protection à long terme.
 
 
L’OREILLE INTERNE
 
Lorsque les vibrations du tympan ont atteint la fenêtre ovale, les ondes sonores poursuivent leur voyage à l’intérieur de l’oreille interne.
 
Cette dernière est un dédale de conduits et de passages, connus sous le nom de labyrinthe. Le vestibule et la cochlée se trouvent dans le labyrinthe.
cellules ciliées et vestibule (pour pertes d'audition et acouphenes)

La cochlée a la forme d’un petit escargot dont la spirale décrit un peu plus de deux tours et demi. Elle est remplie d’un liquide appelé périlymphe et contient deux membranes situées très près l’une de l’autre. Ces membranes forment une sorte de cloison de séparation dans la cochlée.
 
Pour que la périlymphe puisse circuler librement dans la cochlée de part et d’autre de la cloison, cette dernière est dotée d’un petit orifice appelé l’hélicotrème qui permet aux vibrations de la fenêtre ovale d’être transmises dans tout liquide qui traverse la cochlée.

image

Dés lors que ce liquide s’introduit dans la cochlée, les milliers de fibres ciliées microscopiques qui tapissent la cochlée entrent en mouvement. Ces fibres sont connectées au nerf auditif, et selon la nature des mouvements du liquide, différents types de fibres ciliées seront mis en mouvement. Par ces mouvements, les fibres émettent des signaux au nerf auditif relié au centre auditif du cerceau. Ce dernier traduit ces impulsions électriques en sons que nous reconnaissons et que nous entendons.
 
La cochlée joue un rôle fondamentale dans l’audition car notre capacité auditive dépend de ces fibres ciliées.
 
Concernant le vestibule, deuxième partie du labyrinthe de l’oreille interne, son rôle n’est pas négligeable puisque c’est lui qui enregistre les mouvements du corps et nous permet ainsi de garder l’équilibre.
image

Il comprend trois canaux en forme d’anneaux, orientés selon trois plans différents et qui sont remplis d’un liquide qui se déplace en fonction des mouvements de notre corps.
image

A l’instant où ce liquide traverse les canaux tapissés de nombres fibres, ces dernières réagissent en envoyant au cerveau des micro-impulsions.
 
De là le cerveau se charge de les décoder et aide ainsi le corps à garder l’équilibre.
 
 
LA COCHLÉE DE L'OREILLE INTERNE
 
La cochlée assure la transmission des vibrations des vibrations jusqu'aux cellules sensorielles grâce aux liquides lymphatiques, mais en plus, elle garantit la traduction des signaux sous forme de messages véhiculés par le nerf, puis par les voies auditives sous forme de potentiel d’action.
 
Les médecins émettent l’hypothèse que des dysfonctionnements dans la cochlée peuvent déclencher des troubles de la surdité et certains types d’acouphènes. Ces derniers appelés « acouphènes objectifs » sont généralement liés à un bruit réel et mesurable produit par une anomalie dans la région de l’oreille interne qui contient le cochlée. Il s’agit de lésions au niveau des cellules ciliées de la cochlée qui perçoivent les vibrations sonores. En ondulant sous l’effet des vibrations, les cils transmettent ainsi un signal erroné permanent au nerf auditif.
 
L’anomalie pourrait également se situer à l’intérieur de la synapse entre les cellules ciliées et les fibres nerveuses du nerf auditif.

2 - Du son à l'influx nerveux (fonctionnement de l'audition)

Un son qui se transforme en influx nerveux
 
Pour qu’une information circule jusqu'au cerveau, il faut qu’elle soit en quelque sorte : « codée », car le langage du système nerveux, qui permet aux cellules du cerveau, ou neurones, de communiquer entre elles est l’influx nerveux; comparable à une sorte de courant électrique. Mais l’oreille reçoit un son, pas un influx nerveux. Il faut donc un système qui « convertisse » cette information sonore extérieure en influx nerveux.
 
 
Les cellules sensorielles de la cochlée
 
Ce sont des cellules spéciales qui effectuent ce travail: les cellules sensorielles. Elles sont chargées de recevoir les sons que lui transmettent les osselets, de les transformer en influx nerveux et de transférer l’information au système nerveux.
image

image

Ces cellules sensorielles de la cochlée se sont spécialisées: (un peu comme le clavier d’un piano), elles ont chacune une fréquence à laquelle elles sont particulièrement sensibles . Elles possèdent donc chacune une fréquence à laquelle elles répondent selon la plus faible intensité sonore.
image

Les cellules qui sont plus sensibles aux fréquences aiguës sont à la base du limaçon. Les cellules qui sont plus sensibles aux son graves sont au sommet du limaçon. L’oreille interne est donc un peu comme un piano; on parle de « partition cochléaire » allant des aigus aux graves, de la base au sommet du limaçon.
 
 
LES CELLULES CILLIÉES
 
Les cellules sensorielles auditives sont appelées cellules ciliées. Elles sont nommées ainsi parce qu’elles présentent de petits cils à leur sommet. Ce ne sont de vrais cils, ils ne se déplacent pas, pour cette raison, on les appelle «  stéréocils » ; c’est-à-dire « cils solides », ou encore « cils immobiles ». Il y a sur chaque cellule plusieurs rangées de stéréocils de longueur différente. 
image

Il existe deux types de cellules ciliées disposées en rangs :
  • les internes, situées vers l’intérieur du colimaçon; nous en avons à peu près 1200,sur un seul rang,
  • les externes, située plus vers l’extérieur du colimaçon; nous en avons vers 3500, sur trois rangs.
 
De ces deux populations de cellules, les cellules ciliées internes sont les vraies cellules sensorielles, alors que les cellules ciliées externes sont de petits muscles, capables de se raccourcir ou de s’allonger. Elles sont donc capables de se contracter, c’est-ce que qu’elles font quand arrive un son: d’où leur nom de cellules contractiles.
image

LA SÉLECTIVITÉ DES FRÉQUENCES DE L’OREILLE INTERNE
 
L’oreille interne est ébranlée par l’arrivée de l’onde sonore.
 
En se contractant, les cellules ciliées externes vont stopper cet ébranlement. Il ne va donc pas concerner toutes les cellules ciliées internes. Seul un petit nombre d’entre elles va recevoir l’information et sera donc sélectivement concerné. Un tel système permet à l’oreille d’avoir une très bonne sélectivité fréquentielle: elle peut distinguer deux sons de fréquences très proches l’une de l’autre. Elle a une grande finesse de discrimination des sons.
 
L’oreille humaine , dans la zone fréquentielle où elle est la plus performante: 1000Hz, peut distinguer une différence de fréquence de 3,5 Hz.
 
 
LES LIQUIDES DE L'OREILLE INTERNE
 
Les liquides de l’oreille interne contribuent à son bon fonctionnement . Ils transmettent par cet effet mécanique l’onde sonore tout au long de la cochlée et surtout de par leurs concentrations en électrolytes concourent à l’apparition de potentiels d’action au niveau des cellules ciliées. Aujourd'hui, des études montrent que des dysfonctionnements à ce niveau de la cochlée peuvent provoquer des modifications de l'ouie et des acouphènes.
 
Il peut s’agir d’un dérèglement électrolytique:
  • sodium,
  • potassium,
  • calcium,
 
Au niveau de l’endolymphe ou de l’augmentation de la pression intra labyrinthique entraînant l’ouverture des canaux ioniques sur la Membrane de Reissner.
 
La fuite de courant provoquerait ainsi un signal sonore perçu comme un acouphène.

3 - Les pertes d'audition

Signes d'une perte d'audition
  
Les pertes de l'audition ont tendance à augmenter avec l'âge physique de la personne. Ces pertes d’audition peuvent être évalués à partir d’un « AUDIOGRAMME » et selon les fréquences (en Hz) aller de « légère » à « modérée » à « modérément sévère » à « sévère » (voir diagramme ci-dessous.)
image

C’est habituellement un «
audiologue » qui vous fait passer un test d’audition (audiogramme), et c’est l’oto-rhyno-laryngologiste (médecin ORL) que vous devez ensuite rencontrer pour d’autres tests, et aussi pour la prescription de prothèses auditives.
image

image

Aussi , avant de consulter un médecin ORL il est important d’évaluer votre qualité auditive et surtout les signes avant coureurs d’une possible perte auditive :
  • Parler trop fort.
  • Faire répéter les personnes avec qui vous échangez.
  • Tendre l’oreille pour entendre.
  • Ne pas suivre une conversation.
  • Ecouter toujours de la même oreille.
  • Répondre à retardement.
  • Sembler morose, indifférent.
  • Penser que les personnes mangent leurs mots.
  • Avoir du mal à entendre au téléphone.
  • Monter sans cesse le volume de la radio ou télévision.
image

image

PERTES D'AUDITION et PRÉSENCE D'ACOUPHÈNES
 
Il est à noter que selon certains spécialiste de l'audition, il y aurait un grand nombre de "personnes souffrant de pertes d'audition" ET QUI FERAIENT ÉGALEMENT DES ACOUPHÈNES.
 
Plusieurs expliqueraient ce phénomène par le fait que le cerveau - n'entendant plus certains sons - tenterait alors de les recréer à sa façon, par lui-même. Ce phénomène ressemblerait à ces fils de système de son que l'on retirerait malencontreusement de l'arrière d'un amplificateur, lequel provoquerait en réaction un gros bruit sourd.
 
Et inversement, lorsqu'une personne porterait une prothèse auditive, les acouphènes créées par le cerveau tendraient alors à baisser car à nouveau, les sons entreraient à profusion dans les aires auditives du cerveau, rendant alors inutiles la création (par le cerveau lui-même) de ces "sons compensatoires" que seraient pour lui les "bruits acouphènes."
 
Que cela soit fondé ou pas comme explication, il semble que relativement souvent, les choses semblent se passer comme nous venons de vous le dire.

4 - L'Hypersensibilité auditive

Signes d'une hyper-sensibilité aux sons
 
Génératrice d'acouphènes, l’hyperacousie correspond à un effondrement de la tolérance de l'oreille à des sons de l'environnement présentant une intensité normale.
 
Cette hypersensibilité auditive est présente chez 40 % des patients acouphéniques.
 
Beaucoup de victimes de l’hyperacousie décrivent ainsi des sensation de douleur ou de plénitude de l'oreille.
 
Dans les cas extrêmes, l'hypersensibilité auditive devient une véritable phobie des stimulations sonores, le patient passant son temps à développer des stratégies pour les éviter (exemple : mettre des patins sous les chaises ; manger avec des couverts en plastique ; ne plus passer l'aspirateur ; ne plus sortir dehors ; ne plus écouter de télévision ou de radio ; etc.)
 
Elle représente alors un véritable handicap avec lequel il devient impossible de poursuivre une vie sociale normale.
image

image

SOINS DENTAIRES ET HYPERACOUSIE
  
Comment se faire soigner les dents quand on souffre d’acouphène et hyperacousie ?
 
Informer votre dentiste de votre état de santé.
 
Demandez lui d’utiliser sa C.A - B.R / F.M: une TURBINE à contre angle.
image

Mettez vos bouchons d’oreille (type mousse).
 
En fait, il utilise trois « roulettes » de différentes fréquences : une basse, une moyenne et une haute.
 
la C.A - B.V est de fréquence basse : F.B (j’avais l’impression d’avoir un marteau piqueur dans la bouche). Elle me donnait l’impression que toute ma tête vibrait !
 
la C.A- B.R est de fréquence moyenne : F.M, il a pu travailler ¾ d’heure d’affilé sans aucun problème pour moi.
 
la 3° turbine est de fréquence haute : F.H (celle-ci c’est impossible de la supporter). Elle m’agresse le cerveau comme des lames de rasoir !
 
 
LIEN POUR EN SAVOIR DAVANTAGE
 
Neuroscience & Systèmes Sensoriels - Les acouphènes
 
5 - Espoirs de recherche (pour les cellules ciliées)
La regénération des cellules ciliées
 
Quelles sont les avancées scientifiques qui permettent d’entrevoir l’éventualité de la régénération des cellules ciliées (CCs) au niveau de la cochlée?
 
Les chercheurs ont observé la production continue de CCs au-delà de la période embryonnaire chez les vertébrés inférieurs tels que les poissons dont l’oreille interne est essentiellement constituée par des épithéliums vestibulaires.
image

DIFFÉRENCES ENTRE LES OISEAUX ET LES MAMMIFÈRES
 
Mais les oiseaux montrent de grande différences par rapport aux mammifères :
 
Les Ccs régénérées chez les oiseaux, provenaient :
  • soit de différenciation de certaine cellules de soutien après une division mitotique,
  • soit directement de la différenciation de cellules de soutien en Ccs.
 
Ces deux types cellulaires ont une origine embryonnaire commune, ce qui pourrait expliquer la régénération de l’épithélium sensoriel.
 
Cette potentialité de régénérescence des Ccs du système stato-acoustique chez les oiseaux, est-elle applicable chez les mammifères?
 
Quelques annonces durant les années 90 permettaient d’entrevoir un espoir thérapeutique lié à la régénération des CCs auditives.
 
 
TROIS TYPES D'OBSERVATIONS PORTEUSES D'ESPOIR
 
Trois types d’observations ont permises l’espoir d’une application éventuelle :
  • la possibilité de régénérescence des CCs vestibulaires chez les cobayes et chez l’homme,
  • la modulation de la prolifération des CCs chez les animaux au cours du développement,
  • la régénérescence des CCs auditives chez les animaux nouveaux nées.
 
1° Modèle expérimental :
 
LES ANTIBIOTIQUES permettent par leur ototoxicité d’avoir des modèles expérimentaux mimant fidèlement une atteinte des récepteurs stato-acoustiques: tant pour le système vestibulaire, que pour le système auditif ; ils détruisent les CCs.
 
Ce modèle expérimental se prête bien aux études in vivo qu’aux études in vitro.
 
 
2° Modèle expérimental :
 
Les traumatismes acoustiques des récepteurs provoquent une atteinte mécanique du système auditif.
 
Ce modèle expérimentale est utilisé essentiellement in vivo pour le système auditif. Car la destruction mécanique des récepteurs est aussi possible in vitro, mais plus délicate à mettre en œuvre.
 
Avec ces deux modèles expérimentaux, on ne retrouve pas les capacités de régénération observées chez les oiseaux, chez les mammifères.
 
Concernant le système vestibulaire, il semple ne pas y avoir de production spontanée de CCs en dehors de celles provoquées par des lésions, de plus la capacité de régénération des épithéliums sensoriels vestibulaires est très limité chez l’adulte.
 
Si les récepteurs vestibulaires présentent une certaine capacité de régénération, il en est tout autrement pour les récepteurs auditifs. Il y a pour l’instant un très faible pouvoir de remplacement des CCs lésées tel qu’il a été montré chez les souris nouveau-nées. En dehors de cette période, il semble bien que la régénérescence de ces cellules soit actuellement impossible chez les adultes.
 
Plusieurs facteurs de croissance, facteurs de transcription, facteurs mitolitiques et des cytokines ont la possibilité de moduler le nombre de Ccs au cours du développement, mais ces facteurs mitotiques et des cytokines ont la possibilité de moduler le nombre de Ccs au cours du développement, mais ces facteurs n’ont pu induire le remplacement des CCs lésées.
 
A part des effets d’annonce , personne , à l’heure actuelle, n’a réussi à démontrer la régénération des récepteurs auditifs malgré l’emploi de facteurs comme :
  • le « Transforming Growth Factor »,
  • l’insuline,
  • des facteurs dérivés,
  • l’acide rétinoïde .
 
CONCLUSION DE CES RECHERCHES
 
La destruction des CCs auditives chez les mammifères entraîne des déficits sensoriels irréversibles. Cette constatation ne préjuge pas des avancées scientifiques futures.
 
Mais un exemple tiré du système nerveux lors de la découverte récente des cellules souches dans certaines régions du cerveau, ne laissait pas prévoir, il y a seulement quelques années, des potentialités thérapeutiques apportées par ces cellules.
 
Certes, il ne semble pas y avoir de telles cellules dans la cochlée, mais des recherches sur les facteurs cellulaires et moléculaires en relation avec la genèse et la différenciation des CCs durant l’ontogenèse peuvent être des pistes extrêmement prometteuses pour la mise en place de thérapies favorisant la réparation de l’épithélium cochléaire. 
 
Des retombées secondaires de ces recherches peuvent éventuellement aussi être envisagées concernant le traitement des acouphènes dans la mesure où leur étiologie est souvent liée à des pertes auditives périphériques.
image

image

635 millions de personnes à travers le monde souffrent de perte d'audition. (Archives DAVID CRESPIN / MIDI LIBRE)
 
Les laboratoires Sanofi et l'institut de neurosciences de Montpellier annoncent officiellement aujourd'hui la signature d'un accord de partenariat pour faire avancer la recherche sur la presbyacousie - surdité liée à l'âge -, et la lutte contre les acouphènes.
 
Les chercheurs du public et du privé travailleront en étroite collaboration sur les deux sites montpelliérains.
 
L'équipe se donne cinq ans pour aller vers le médicament

Sections à venir : ¤ Dommages auditifs et médicaments et ¤ Dommages auditifs et travail

Visitez nos autres sites !

-> Pour un aperçu de chacun d'eux, cliquez  ici <-

image
Amour relations

image
Conseils relations

image
Conseils relations enfants

image
Conseils santé mentale

image
Relations interpersonnelles

image
Relations de violence

image

Merci de votre soutien !

Basic Blue theme by ThemeFlood